Delirium pas mince

il y a
1 min
4
lectures
0

Lorsque je m'applique à la versification classique, je m'attache depuis quelques années à respecter les exigences qu'exprima jadis François de Malherbe : la poésie est fille de contrainte, le  [+]

Delirium pas mince

Il était une fois,
un bateleur de foi :
lequel souffrant du foie
s'en alla jusqu'à Foix
chercheur d'un petit pois,
vert remède de poids
si non enduit de poix
gluante amère pouah.
Voilà le pois au sein
d'une foule de saints,
bientôt d'un nimbe ceint
soignant tout corps malsain.
Il s'exhibe à plein temps
jusqu'à ce qu'un gros taon
vrombissant tant et tant
comme pris dans du tan
l'emporte pour un sou,
et qu'un camelot saoul
vautré dans une soue
y ronflant tout son soul
le reçoive d'un coup
à la base du cou,
doux endroit où se coud
chacun sait à bas coût,
par les elfes de verre
aux chaussettes de vair,
ce grain de riz bleu vert
magnifié en maints vers.
Le marchand en son for
songe tout perdre fors
ce sentiment si fort
de vertu où se forent
des corridors de sang
menant à cent pour cent
où vanité se sent
libre des pleurs des Sans.
Une flûte de Pan
en rémiges de paon
entonne do mi "pan"
le « Qui s'y perd s'y pend »,
tandis qu'un frère lai,
chiche buveur de lait
de biquette ou de laie,
suit hâtif une laie
menant de mal en pis
vers un parti de pies
narguant des vaches pie
aux browniens flux des pis.
Ex éleveur de porcs
le lai touchant au port
se voit louer son port
altier de tous ses pores,
alors mais que c'est sot
il tente le grand saut
par-dessus le haut seau
conservateur des sceaux
confiés par le Grand Khan
sans anticiper quand
de la ville de Caen
il lèverait le camp
(ce que les Mongols font
quand la neige à l'est fond
l'est par défaut de fonds
et non par piètre fond)
du siège fait en vain
pour des tonneaux de vin
de bocage, au moins vingt,
nectar propice au somme
qu'un seigneur de la Somme
vendit pour une somme
assez modique en somme.
" Je saute en frère à part,
du beau dont je me pare
que ma fille ait sa part,
sauf suppression de part"
fit le lai homme fin
qui tirant sur sa fin
sentait grandir sa faim
d'un bonheur même feint. »
Le bateleur de foi
pour sa part prie : "ô Foix,
rends sa force à mon foie
rouge et noir à la fois ! "
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,