De se faire le poète

il y a
1 min
2
lectures
0
Il y avait un sens

Au geste d’élégance

Que je fis lorsqu’un soir

Sans raison sans savoir

Je pris ma propre plume

Et la trempai sans doute

Dans l’encre du désir

Qui du poids d’une enclume

Et de sa force toute

Enduite à faire mourir

Mes sens alors taris

Me dicta sans attendre

Quelques mots appauvris

Qui s’étaient voulus tendres

Quand ils touchèrent au but

Je pris peur et sombrai

Dans un sommeil de brute

Agitée par l’idée

Que s’il me répondait

J’ouvrais là un chemin

Dans lequel m’’engouffrer

Ne pouvait être vain

La plume pourtant fut

Lourde de nos envies

Lesquelles il apparut

Ne furent pas ravies

De se voir renversées

Par des soupirs plus sages

Des sourires un peu las

Parce que le langage

Qui entre nous parla

Etait fait d’une audace

Qui ne s’expliqua pas

Et pire avant tout ça

Il fut pris dans la glace

Et nous dûmes accepter

Que nos mots révérés

Ne s’entendissent en rien

Son langage et le mien

Ne pouvant s’accorder

Le poète abdiqua

Et fit jouer ses doigts

Dans les plumes froissées

De mes ailes d’ici-bas

Qui de leur propre loi

Se déploient d’un baiser

A terre alors le feu

L’embrasement bohème

La beauté de si peu

Notre histoire se referme
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,