De passage

il y a
1 min
2
lectures
0
Je prends vie un soir d'amour,
Je glisse au creux de ton corps
Plongeant sans bruit, sans détour
Dans une tourmente que j'ignore.

Je me nourris de tes veines,
Puise ma force dans ton cœur,
Je te condamne à la peine
De porter en ta demeure

Le poids d'une triste nouvelle,
Une erreur qui ne s'efface,
Au fin fond de ton hôtel
Je viens t'imposer ma place.

Je fais couler la tristesse
T'arrachant des flots de larmes.
Je suis ton mal, ta détresse,
Reflet de ton plus grand drame.

Ma naissance, ta délivrance,
Une étreinte figée de froid,
Dans ton regard la souffrance
Que tu viens poser sur moi.

Tu quittes ma vie sans un mot
Tu te jettes loin vers l'oubli
Acquittée de ton fardeau,
Mes cris se perdent dans la nuit.

Juste un passage en ton toi,
Un roman inachevé,
À la première page le choix
Du renoncement à m'aimer.

Cette parenthèse d'existence
Sera la nôtre à jamais,
Au matin d'une autre chance
Tissée au fil des regrets.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !