De la centre à l'encens

il y a
1 min
3
lectures
2

Désolé ! Invisible  [+]

Contraints et forcés de fuir ce sombre destin,
Pieds et poings liés, promis aux pires galères,
Férus d'aventures, friands de vents contraires,
Tous se chuchotaient un seul et même dessein.

Par la grâce du bienveillant Poséidon
Et l'indéfectible empathie du Mahatma,
Ces âmes errantes louaient le nirvana,
Depuis le pont quiet, avec leurs rejetons.

Chapelets et harmonium autour du cou,
Marmiteux mais heureux, ils joignirent le port.
Invoquant la généreuse Laksmi pour l'or,
Ils finissaient par en devenir presque fous.

Les doux rêves devinrent, à vue d'oeil, chimères.
Les plus puissants mantras s'avouèrent vaincus.
Les outils aratoires une fois obtenus,
Furent empoignés dans un élan fort amer.

Les coolies emboîtèrent le pas aux esclaves,
Lesquels durent éprouver mille et un calvaires.
Enfermés dans le négrier de l'arbitraire,
Des piedouches planteraient les bustes des braves.
2

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
De contraints à subis, les esclavages se suivent ... Et aujourd'hui, le voyage est payant. Amer constat !