DANS L'OBSCURITÉ

il y a
1 min
0
lecture
0
Dans le noir, je t'ai senti et je t'ai parlé.
Mon corps s'est arrêté, mais mes mains
Ont parcouru votre masculinité palpitante.
Dans l'obscurité étincelante je t'ai encore aimé,
Tremblant de peur, qu'un jour tu pourrais me quitter,
Sanglotant comme un nuage déchargeant une averse sans sommeil.
Hier soir, je t'aimais et je ne peux pas l'oublier,
Maintenant je vais me coucher seule et je ne sais pas où tu es,
Je regarde et regarde l'horloge et tu ne m'as pas appelé,
J'ai été aveuglé d'attendre si longtemps.
J'ai pleuré et ri en comptant les minutes et les heures,
Pour ne pas courir pour te retrouver chez toi.
Je comprends que c'est là que se trouve notre paradis,
Mon excès de doutes sombres a fermé un portail
Entre le temps et mon désir d'atteindre ton autel.
Je ne sais pas où tu t'es perdu, ni qu'as-tu fait !
J'espère que vous pourrez me regarder dans le noir.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !