Dans le rêve

il y a
1 min
0
lecture
0
Au chemin du retour, après le travail
Te croiser toujours et partout me travaille.
Tu m’étais apparue telle une étoile filante
Et t’es de retour pour m’être constante

Après tant de fois que tu me charme sans cesse
Toi une personne à l’image d’une princesse
J’avais fini par tomber dans ton piège
Faisant de mon cœur si frêle ton siège

Je pouvais que tenter ma chance avec rage
En te proposant un contrat de mariage.
Pressée de m’avoir que rien pour toi
Tu acceptas que je vive près de toi.

Je me disais que j’avais pas fait une bêtise
En t’épousant car tu t’occupais si bien
De moi ; tu me disais être mon bien.
Et tu étais dépourvue d’erreurs, de bêtise.

Tu m’avais donné une merveilleuse famille
Où était chassé sans remord la famine
Où tous, le bonheur nous comblait
Où le temps ne nous était pas compter.

Je me ventais d’avoir la femme la plus
Parfaite au monde puisque de plus en plus
Tu m’impressionnais. Tu étais adorée
Par tous, toi mon envoyée au teint doré !

Tu me donnas des enfants qui embellissaient ma vie
Dont j’avais toujours rêvé d’être leur père
Dont certains me sont parvenus par paire
Partant vivre, j’en avais toujours l’envie

Mais le coq en chantant au petit matin
Me rappelât que Dieu n’a créé aucune parfaite
Que j’étais dans un rêve durant lequel tu fêtes
Ton règne dans mon calme esprit tel l’est le matin.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,