1
min

Dans la peine ombre de ton corps

Image de Levy Virginie

Levy Virginie

34 lectures

7

Sur le trottoir des songes coule la peine.
J’ose penser que tu songes encore à nous !
Tant d’ombres nous ont déjà séparées,
A la peine profonde d’un Amour délaissé !
A l’abandon d’un corps trop souvent occulté.
Je ne précipi-ce en rien le tourbillon de tes pensées !
La peine insuffle un cap à prendre ;
Cap, ferrée à me blottir,
à la péninsule de ta langue,
Qui décline la joie d’un plaisir inassouvi !

Dans la peine ombre de ton corps,
Le mien pleure ton indifférence,
Au corpuscule de ma souffrance,
D’un crépuscule qui me tourmente !
Au dos gagé que mes nuits blases !
Désamorce ma peau estampillée,
Qui ne demande que tes baisers !

Dans la peine ombre de ton corps,
Tu cicatrices dans l’ombre absente,
D’un soldat qui résiste au monde !
Lâchée au berceau, l’ombilic invisible,
Comme une âme vagabonde,
Pour amarre que tes cris,
Pour famille sans accueille,
D’une enfance qu’on subit !

Chagrin faisant, tu sillonnes ta voie,
Celle que tu t’es tracée, avec et sans moi !
C’est entre elle et toi !
Tu ne lâches pas prise, entre moi et elle,
Il y’a un vent de crise, elle qui à l’emprise sur toi !
Elle qui te méprise parfois, cette vie !
Quand on avance, toi tu recules,
Quand je m’élance tu refreines,
Et te ferme dans tes silences.

Ma vie est à contredanse,
Qu’il est permis à point nommé,
De moduler à basse fréquence,
Des sentiments désavoués !
Sous la contrainte de tes peurs,
Qui te font douter et muse !
Toujours croire que l’on va t’emprisonner,
La tour d’ivoire n’est pas mon fort !
Toi qui mets des remparts à notre histoire !

A la peine ombre de ton corps,
Assaillit parfois de sanglots,
Que tu retiens de toutes tes forces !
Ne négligeant rien de tes faiblesses,
Que tu gardes sous scellées.
Ton cœur est un jardin secret,
Sous scellé pas facile à déceler où
Tu enfouis tous indices susceptibles
De trahirent quelques mots d’Amour
Echappés quelquefois avec parcimonie !

Dans la peine ombre,
La nuit nos corps disjoints dans un lit,
Bateau mouche que rien n’émeut !
Dans la pénombre des ombres mortes,
Tes bras se confondent en silence,
Dans la lucarne de tes yeux quand je m’éveille,
J’aimerais tant que tu m’effleures,
Que mon cœur reprenne son trémolo,
Que tu sortes de cette ombre,
Que tu laisses la lumière t’approcher,
Que tu ouvres le pont Levi de ton âme,
Et qu’il se déroule à l’infini !
Que l’on chavire corps et âme avec un rien de poésie !
Que ton ramage rime à mon plumage,
Que ta prosodie m’en dise long sur notre avenir !
Que vive la passion avant que ne s’épuise la bougie !
Que la peine s’épuise et que la flamme renaisse,
Qu’une lueur traverse ton cœur,
Que ton regard s’illumine, et que distille le bonheur !
Moi j’attends, dans l’ombre que la lumière revienne !
Je l’ai tenu longtemps, elle m’a brulé les doigts,
Ma chandelle est morte je n’ai plus de feu,
Ouvre-moi ta porte à l’Amour pour la vie !
7

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Une fort belle supplique amoureuse ! Bravo, Virginie ! Je me suis bien régalé ! Je clique sur j'aime !
Je vous invite à lire, et soutenir si vous aimez, mon sonnet "Spectacle nocturne" : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/spectacle-nocture
Bonne journée.

·
Image de Michaël ARTVIC
Michaël ARTVIC · il y a
Virginie ! Je ne sais quoi vous écrire pour vous dire que c'est sublime ! Ce texte est certes long mais il ne saurait être autrement pour exprimer ce pénible sentiment de manque ou d'absence ... Dans l'ombre alors qu'on réclame la lumière !🌹
A l'occasion, je vous invite à écouter un vieux vinyle !😉https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/sur-un-air-de-rock

·
Image de Louyse Larie
Louyse Larie · il y a
Me voilà chemin faisant sur ton trottoir Virginie, ce fut un pur hasard que je ne regrette pas...
Je reconnais ta plume généreuse et suis ravie que tu n'aies pas mis sous scellé tes belles images...
Je suis heureuse de t'apporter le premier vote, BIENVENUE parmi nous :-)

Et si le cœur t'en dit, je t'invite à pousser la porte de ma chaumière, j'ai y prêté "mille serments" :
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/en-mille-serments

·