1
min

Courants d'air

Image de Joel Talbourdet

Joel Talbourdet

6 lectures

1

Ils se rattrapent à des "je t'aime" qui les suivent dans leurs errances
Ils se rattrapent à des "je t'aime", ils se rattrapent aux courants d'air
Qu'ils ont gardés dedans leurs coeurs, qu'ils ont gardés de leur enfance
Ils se raccrochent à quelques mots qui les regardent de travers
Des mots qu'ils savent à peine ou qu'ils écrivent à l'envers

Ils se rattrapent à des refrains, des litanies, des golfes clairs
Des poésies, des souvenirs et des fantômes de leur passé
Qui leur tiennent lieu de visiteurs et les invitent à danser
Sur des accords désaccordés, sur des désaccords qui les tuent
Qu'ils se remémorent en silence depuis que ces voix se sont tues

Ils se rappellent certains soirs les brûlures qui les tenaillent
Et qui sont là, en embuscade, morceaux d'hier qui les assaillent
Ils se souviennent certains soirs de ces chimères éclatantes
Qui leur ont fait faux bond mais qu'ils ont pourtant gardées en eux
Comme on garde quelque saint objet ou bien la couleur d'un cheveu

Ils se rattrapent aux courants d'air dans cette gare sans voyageurs
A des silhouettes qui s'envolent, à des bonsoirs, à des brouillards
Et la nuit finit par tomber, on dirait même qu'elle va trop vite
Qu'elle vient trop tôt, qu'elle vient trop mal ou bien qu'elle les évite
Mais elle finit par se poser comme on poserait sa valise

La nuit est tombée tout à fait et le train va bientôt leur dire
Qu'il est temps de n'y plus penser et que le jour va revenir
Que le passé est derrière eux et que ces fantômes sont glacés
Qu'il serait temps, qu'il serait l'heure de songer à les remplacer
Qu'a enfin sonné l'heure de changer en présent le passé.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Comillaslovers
Comillaslovers · il y a
Je téléphone dès demain matin à ceux que j'aime ! Merci.
·