Coups du sort

il y a
1 min
201
lectures
153
Qualifié

Une plume tantôt légère pour survoler un monde pesant, tantôt acide lorsqu'il s'agit de digérer certaines farces qui nous attrapent, nous rattrapent; des mots pour disséquer les maux; des maux  [+]

Image de Automne 19

Il me disait : « Tu es belle, je te veux toute à moi,
Je voudrais te manger tellement j'ai faim de toi !
Tes yeux sont mon ciel où je volerai... ton temps,
Ton corps, ma terre à fouler, affolé, jusqu'au sang.
L'air que tu respires, les rêves où tu t'enfuis,
Te dessinent un empire dont je me sens banni. »

Sous les premiers orages, je faisais le dos rond,
Pour calmer leurs outrages, je lui donnais raison,
Et sous son corps, encore, lors de nos nuits obscures,
Je l'admirais si fort de se montrer si dur.

Ses caresses ont roulé sur ma peau telle la houle,
Ses paumes m'ont pétrie jusqu'à me mettre en boule.
J'ai roulé mes bosses dans chaque recoin de poussière
De la forteresse érigée par ses mains meurtrières.

Il a croqué ma vie à belles dents carnassières,
Déchiré mes habits, déchaîné ses colères,
En coups de poing sur le « i » du mot « jalousie »
De hier à aujourd'hui, jusqu'à ce que je sois par-terre.

Je suis de celles qui reçoivent quand elles ne demandent rien,
Qui boivent jusqu'à la lie, de la haine, le venin,
Suppliant le bourreau de cesser son carnage,
Pour consoler ses larmes quand le quitte la rage.

Je suis de celles qui trinquent sans jamais avoir bu,
De celles que déglingue une enfance au rebut,
Qui les a destinées à une quête absolue et servile
De l'Amour, dont elles n'éprouvent que l'exil.
De l'Amour, dont elles ne connaissent d'autre forme
Que celle de la bassesse, de la violence des hommes.

153

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !