Coup de vent ... (refus)

il y a
1 min
72
lectures
7

Après mon opération au cerveau du 12 mai dernier, j'ai récupéré ma vie d'il y a 15 ans et surtout retrouvé plein de passions dont celle d'écrire. Mon dernier poème "Le chat et le mainate"  [+]

C'est un boulet grondant, venant sans agrément
Baiser de monseigneur, caresse de madone
Il quitte son meublé, trouvant que ça bouchonne
Créant l'affolement sur son cheminement

Il murmure parfois, il se plaint couramment
Grincement du clairon lascivement trombone
Quelquefois parfumé, aux essences gloutonnes
Locataire incompris, il fuit son logement

Le voilà donc hargneux, sonore et intrépide
Coulant à fond de train, par ses wagons putrides
Il a enfin trouvé l'échappement prévu

Bouchez-vous donc le nez mais aussi les oreilles
Il déboule dehors, chantant à l'imprévu
Savourez ses odeurs, respirez ces merveilles
7
7

Un petit mot pour l'auteur ? 12 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski  Commentaire de l'auteur · il y a
Bonjour,
N'hésitez pas à découvrir mes autres sonnets dont https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-blues-de-lelephant

Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Sonnet corrigé:

C'est un boulet grondant, venant sans agrément
Baiser de monseigneur, caresse de madone
Il quitte son meublé, trouvant que ça bouchonne
Créant l'affolement sur son cheminement

Il murmure parfois, il se plaint couramment
Grincement du clairon lascivement trombone
Parfumé quelquefois, à la saveur gloutonne
Locataire incompris, il fuit son logement

Le voilà donc hargneux, sonore et intrépide
Coulant à fond de train, par son wagon putride
Il trouve pour finir l'échappement prévu

Bouchez-vous donc le nez mais aussi les oreilles
Il déboule dehors, chantant à l'imprévu
Savourez ses odeurs, respirez ces merveilles

Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Tu es la défroisseuse des sonnets classiques et tu arrives à faire jongler n'importe quel sujet sur des mots bien choisis ...moi, je dis Bravo et je ne sens rien ...juste l'audace et la force et le sourire ...
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Merci car là,ça discute ferme!!! (https://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/refus-vous-en-pensez-quoi#fos_comment_2617313)
En fait je m'appellerais Rimbaud ou Jodelle, on aurait laissé passer plein de hiatus, 13 syllabes et sens crus (tu n'as qu'à lire tous les commentaires mais en s'appelant Smiejkowski, ça ne passe pas

Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
tu sais que je ne suis pas une specialiste de cette rigueur là ...je me laisse porter par les mots qui racontent et les images qui se dévoilent ..et même les folles odeurs odeurs que tu fais sortir de tes lignes ...tu es Toi ...écris comme Toi ...on te lit et c'est important de découvrir autre chose ... Rimbaud était "un voyant" peut-être l'es-tu aussi à ta façon ...t'inquiète ...surprendre les gens c'est important ..alors surprends ! Vas-y ..bises d'ici
Image de Dranem
Dranem · il y a
Savourez ses odeurs, respirez ces merveilles ! De l'invention non reconnue ! ! !
Image de Oriel
Oriel · il y a
Extra!
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Il est marrant pourtant ...
Image de J.M. Raynaud
J.M. Raynaud · il y a
il faut plutôt des choses du style :
le délicat calice de la rose enamourée
s'entourait des délices à peines ajourés...

Les tentatives d'humour sont mal acceptées dans la rubrique poèmes classiques (sauf exceptions), j'expérimente aussi des refus de ce type.

Image de Christine Śmiejkowski
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
celui-ci aurait-il été refusé ?
Obscur et froncé comme un oeillet violet
Il respire, humblement tapi parmi la mousse.
Humide encor d'amour qui suit la fuite douce
Des Fesses blanches jusqu'au coeur de son ourlet.

Des filaments pareils à des larmes de lait
Ont pleuré, sous le vent cruel qui les repousse,
À travers de petits caillots de marne rousse
Pour s'aller perdre où la pente les appelait.

Mon Rêve s'aboucha souvent à sa ventouse ;
Mon âme, du coït matériel jalouse,
En fit son larmier fauve et son nid de sanglots.

C'est l'olive pâmée, et la flûte caline ;
C'est le tube où descend la céleste praline :
Chanaan féminin dans les moiteurs enclos !

Albert Mérat.
P.V.-A.R.

Image de J.M. Raynaud
J.M. Raynaud · il y a
sur ce site, peut-être bien. Le choix éditorial revient... à l'éditeur !
peut-être faut-il demander les raisons du refus : obscénité, le nom a-t-il été prononcé ?

Vous aimerez aussi !