CORROSION

il y a
1 min
17
lectures
2

Retraité et amateur d'art sous toutes ses formes: L'art rend palpable l'invisible Dans l'effort désintéressé Qui veut le rendre intelligible A l'homme aveugle et trop pressé: Le sourire de  [+]

Le ciel était semblable à des fumées d’usine
Chargé d’inquiétude. On eut dit d’un linceul
Jeté sur les chemins silencieux. Et seul,
J’égarais mes pas dans la ramée purpurine.


Déjà, quelques frimas avaient taché de rouille
Le feuillage alangui tombant comme des pleurs ;
Des regrets, aux aguets, retenaient leurs douleurs,
Mais où donc est l’amour ? Où donc est sa dépouille ?


Et l’horizon drapait d’immense solitude
L’Azur tel un suaire en des cieux éplorés,
Sur la fresque du temps aux reflets mordorés
Des pâles destinées et de leur finitude.


Tout se corrode, les êtres, les choses, tout !
C’est la saison des murs abandonnant leur croûte
Et leurs gravats le long d’une improbable route
Aux larges nids de poule, allant on ne sait où.
2

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !