Pétillante, un brin de folie. J'aime écrire, une préférence pour l'érotisme, sa sensualité délicate, le rêve, la Vie, l'Homme! Faire fi des interdits, suggérer, oser, c'est juste moi ... [+]

COQUINE BALADE

Le jour pointe au travers des jalousies
la fraîcheur de la nuit s’en est allée
comme toi d’ailleurs en douce...
Un rayon de soleil vient darder ma peau
j’ai repoussé le drap pour l’accueillir,
j’aime sa chaleur sur mon corps alangui
doucement il se déplace allant et venant,
puis un autre s’enhardit et prend la place
sur mes seins où il dessine des ombres,
un jeu de cache-cache sensuel, pénétrant,
je le laisse faire nous sommes amants,
je m’étire, soupire et j’imagine
un de ces vieux films en noir et blanc
quand la musique se fait indécente,
provocante, lancinante, enivrante,
mes mains s’agitent, mon corps résiste,
le jeu persiste et mes doigts insistent,
je patiente, l’attente, lentement,
je sens sa caresse glisser, m’ effleurer
je lui offre mon dos qu’il a joliment hâlé
il creuse mes reins, je le sais coquin,
un souffle d’air parvient à nous distraire
nous serons donc trois complices,
ce dernier étant le bienvenu il s’agite
faisant frissonner mes courbes
et se dresser joliment mes tétins
de mes doigts je les rassure,
tu n’es pas là...
petit duel entre nous, drap froissé,
rayons hardis et cet air qui soufflette
sa fraîcheur sur mon buisson,
puis ce sont mes ongles qui s’agrippent
à mes cuisses pour ne pas céder
et cet air indécent qui persiste
juste là, là où il fait si bon, si chaud,
résistance vaine contre ces adversaires
et n’osant vexer ni l’un ni l’autre
mes doigts s’en vont frôler mon pré
déjà humide d’envies tant retenues
le drap n’est plus un obstacle il git
au sol et le soleil abandonne la partie
nous sommes lui cet air tenace et moi
je laisse la pulpe de mes doigts effleurer
ce trésor qui fulmine rougissant d’impatience
je le sens durcir en bourgeon prêt à éclore
entre deux pétales nacrés consentants
je m’invite sans plus d’hésitation à l’huis
inondé de ce nectar qui s’écoule sous mes doigts
étouffant un dernier cri d’un plaisir tant attendu
enfin je m’écroule, comblée,
tu n’étais pas là...
20

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !