Constats de fin de journée.

il y a
1 min
16
lectures
1

Bonjour à tous, Je travaille sur un projet de garder certains textes impersonnels, pour les coller dans un recueil de Poésie, alors publié.  [+]

Quand tu vis en silence dans mes pas,
Ta présence se cache mais je te sens au-delà.
Au-delà des mots, du vent, du Soleil et des paysages,
Je pourrais avoir le souffle coupé devant la Vie,
A quoi bon, puisque tu m’as volé celle-ci ?

Ils partent en vacances, à droite ou à gauche.
Ils se lassent de ma potence, où mon corps pendouille,
A droite, à gauche.
Je ne suis plus qu’une Morte à qui l’on donne quelques mots,
De temps à autres et par Béa, pour dire qu’ils ne m’oublient pas.

Quand tu vis en silence dans mes pas,
Ta présence se cache dans mes tripes qui ne veulent pas,
Au-delà des mots, du vent, du Soleil et des paysages,
Je suis coupé du filament précieux, qui relient les Hommes à la vie,
Mais à quoi bon pleurer ? Puisqu’il n’y a plus rien, ici-bas.

« Ainsi va la vie,
Enfin surtout la tienne »
Comme dirait Vianney.
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,