1
min

Confinement - 7 mai 2020

Image de Arletyna

Arletyna

1 lecture

0

Je lui trouvais l’air sévère
Elle souriait peu ma boulangère.
Ce matin, elle m’a fait la causette
Entre un croissant et deux baguettes.

Bien sûr on a parlé virus
Derrière sa vitre en plexiglas
Rien de tel pour briser la glace
Que d’se moquer des « p’tits Gibus »,

Tous ces clients bien trop flippés
Qui tournent la tête quand ils la paient
De peur qu’le vilain corona
Sautent de ses yeux sur leurs bras.

Je lui trouvais l’air sévère
Elle souriait peu ma boulangère.
Ce matin, elle m’a fait la causette
Entre un croissant et deux baguettes.

Dans nos contrées du bout du monde
Où l’océan mugit et gronde
Seul face aux plages désertées
Car les humains sont confinés,

Elle comprends pas les arrêtés
Du chef d’Etat et d’ses ministres
Qui diffusent toute la journée
De la terreur et du sinistre.

Je lui trouvais l’air sévère
Elle souriait peu ma boulangère.
Ce matin, elle m’a fait la causette
Entre un croissant et deux baguettes.

Il est bien là, le corona
Qui nourrit notre paranoïa
Entretenu par l’ministère
Pour nous tenir et nous faire taire.

Il a tué plusieurs milliers
De petits vieux et de soignants
Mais il n’est pas plus virulent
Qu’une bonne guerre dans le Soudan.

Je lui trouvais l’air sévère
Elle souriait peu ma boulangère.
Ce matin, elle m’a fait la causette
Entre un croissant et deux baguettes.

Alors on s’est serré la main
A distance, il le faut bien.
On comprenait les parisiens
Cherchant refuge dans nos patelins,

On s’est dit qu’il fallait raison garder
On pouvait vivre tout en se protégeant
Ne pas cesser d’aimer les gens,
La peur n’est pas le meilleur conseiller.

Je lui trouvais l’air sévère
Elle m’a souri ma boulangère.
Ce matin, on a fait la causette
Entre un croissant et deux baguettes.
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème