1
min

COMPLAINTE OBLIQUE

Image de Den

Den

21 lectures

2

Qu’importe si la nuit me blesse
comme ferait au chien la laisse
puisque j’aime cette blessure?

Qu’importe si le jour nous laisse
un dégoût à goût de détresse
si elle nous plaît cette morsure?

Qu’importe si la vie m’oppresse
quand l’oppression aussitôt cesse
qu’apparaît l’image éclatée
d’une anaphorique beauté?

Qu’importe si les forains dressent
bruyamment le mât de cocagne
et les chevaux pour la kermesse
à laquelle nous n’irons pas?

Mon peuple - moi qui n'en ai pas-
Mon peuple meurt indifférent
Aux piqûres des taons du temps
Les fauves avancent pas à pas.

Thèmes

Image de Poèmes
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Complainte enrobée d'une ambiance ''désabusée''. Mais de quel peuple s'agit-il ? Le poème parle t-il de tous les peuples sans pays ?
·
Image de Den
Den · il y a
Merci d'avoir aimé " La lavande..." ainsi que
"Complainte oblique".
Le second poème, écrit il y a longtemps, a bien sûr un ancrage personnel.
J'ai voulu cependant le dédier à tous les deplacés et apatrides.
Sans doute prend-il une résonance particulière dans le contexte actuel...
Vous aimerez peut-être aussi " Estampe cruelle", "Au Quai-des-martyrs, "Deux poèmes des nuits d'oubli"... et mes autres textes ?

·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Merci de me répondre, je suis moi même un peu ''expatrié '', je viens d'Espagne. Je repasserai sur votre page plus tranquillement..
·