4 lectures

0

Elle s’adosse contre le planisphère
Pour s’apprivoiser de rêves de bohème
De poussières d’étoiles, d’illusions d’infini
Traverser l’Atlantique et quitter le bitume des villes

Elle aspire à des voyages spontanés, sans jamais rien planifier
Si ce n’est où partir et qui voudrait l’accompagner,
Construire des éventualités
Au parfum des bois et de liberté

Où le langage des mers et des airs du matin règnerait,
Et l’echo du chant des oiseaux
Puis des bouts de lune s’accrocheraient à leurs peaux,
Feraient frémir leurs plumes
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème