Cinq humains

il y a
1 min
0
lecture
0

C'est une prairie jaunie par une pluie de lumière,
Délaissant en sommeil éternel bien des âmes
Innocentes;là le petit matin,aux coutumes singulières,
Crie:c'est un mur qui pleure l'horreur de la trame.

Cinq humains,regards baissés,chemises trouées,
Gisent les pieds meurtris dans la glaise rouge,
Rêvent;ils sont réunis tel un Christ cloué,
Quand d'autres vérifient qu'ils ne bougent.

Une main dans une poche,un doigt vers l'horizon,
Un papier plié sur la terre telle est leur vérité,
Comme le nourrisson des Muses ils l'offriront,
A ceux et à celles aimés, en toute sincérité.

Et le mur est là les protégeant du froid venant;
Ils attendent que l'on vienne les loger ici bas,
Sans gloire,sans prière et sans ornement,
En vivant cet enfer qui n'était point leur combat.

0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,