1
min

Chemin d'enfer

Image de Pacific Kamate

Pacific Kamate

79 lectures

11

Je me rappelle comme si c’était hier,
Sur l’axe Bamako-Kayes en passant par Kita,
J’entends encore le sifflement du train,
Ce géant de fer qui semblait impossible à arrêter
Avançant sur ces rails avec la sérénité d’un épervier.
Qu’il était beau ce temps !
Ce temps où le train Dakar-Niger faisait la fierté de nos pères,
Reliant la capitale du Sénégal, Dakar à Koulikoro au Mali, en passant par Thiès, Kayes, Kita, Kati et Bamako la capitale du Mali.
1 287 km de rails en tout et 641 km au Mali voilà le lègue de nos pères !
Chemin de fer devenu pour nous les fils le chemin de l’enfer,
Et le tigre de papier de Koulouba n’en a que faire,
Cet enfer jonché par les cadavres de nos braves cheminots,
Ces braves parmi les braves,
Bravant la chaleur de cette bête en fer,
Nonobstant le soleil, la pluie, la fatigue pour faire vivre leurs familles,
Sans se plaindre, sans un seul jour déroger à leurs missions, de pères, de fils, de frères ou de mères
Ils ne demandaient que leurs salaires,
Le fruit de dix mois de labeur,
Sucé par des vampires sans foi ni honneur,
Mon pays est devenu une terre où la sueur n’a plus de valeur,
Dirigé par des Hommes qui même de Dieu n’ont plus peur.
« Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin le fond casse »
L’ultime recours pour ces « bouts de bois de Dieu » la grève de la faim.
Ces cheminots ont refusé de vivre comme des damnés avec dans la bouche un morceau de pain,
Ces Hommes du bas peuple ont pris la décision de mourir digne plutôt que de vivre dans la condescendance d’un régime suceur de sang,
Le corps meurtri,
L’âme en miette,
Le cœur en lambeau,
Ils tiennent bon !
Malgré des camarades morts de faim au champ de l’honneur,
Des enfants morts à la naissance car l’État n’a pas payé papa,
Des femmes mortes en couche car leur mari n’a plus un franc CFA.
Cruel destin !
Maudit chemin de l’enfer,
Jusqu’à quand seras-tu le cimetière de nos frères ?
Nous n’oublierons jamais ces Hommes,
Ces Hommes qui se battent pour un Mali meilleur,
A jamais nous chanterons en hommage à nos braves cheminots,
Que le griot entonne le "Djanjo" pour ces travailleurs dont le sacrifice,
Le courage et la détermination force l’admiration.
De Kayes à Koulikoro vous faites la fierté de la Nation
Et votre sacrifice ne sera pas vain,
N’en déplaise aux vautours et autres charognards
Vous sortirez de cet enfer,
Et à nouveau le train sifflera sur les chemins de fer comme au temps de nos pères !!!
11

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Rocko42
Rocko42 · il y a
Toujours au dessus de la mêlé !!!!! Bien bro!
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Content de te lire une fois de plus.
·
Image de Latigue Hmc
Latigue Hmc · il y a
Vraiment je n'ai plus les mots
·
Image de Mambé Koné
Mambé Koné · il y a
Je suis un cheminot !
Bon courage frère 💪
très bien dit.

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème