71 lectures

3

Paf !
Tu n’as rien vu venir, c’est arrivé d’un coup -la gifle !
La méchante baffe,
En pleine poire, en plein cœur-le slash qui décoiffe
Neuf
Virgule cinq au séismographe
Paf !
Pas le temps de dire ouf
Retour à la case célibataire- passer d’abord par la case gnouf
Au pain sec et à l’eau comme dans le château d’If
Là où on lime lime lime les barreaux de la solitude
Allez hop ! Va falloir la jeter aux oubliettes, ne plus y penser à cette fille qui t’a planté un coup de canif
Dans l’avenir...Mais...pouf pouf
Reprenons les choses au début-Debrief :

Voilà, tu prépares une omelette aux truffes
Avec riz pilaf
Suivi d’un bœuf
Orloff
(Elle adore ça)- le tout accompagné d’une bonne bouteille de pif
Un Saint Estèphe
2009
Tu as dressé la table, service Christofle,
Tu as mis des ifs
Dans un vase, des bougies dansent dans un candélabre comme des elfes
Tu as tendu aux murs quelques étoffes
De velours...Ambiance tamisée sur fond de Rachmaninoff
En clair : sexy soft
Oh ce n’est pas qu’il y ait quelque chose de particulier à fêter, non, c’est juste comme ça, tu as improvisé, un peu au pif,
Une petite teuf
Entre amoureux, entre elle et toi, pour le plaisir et le panache...Bref
Elle doit rentrer du taf
Vers 19
Heures. Tout est prêt...20h...21h...Pas d’appel, pas de SMS, tu tombes sans cesse sur son répondeur, tu t’inquiètes : « Si dans 20 minutes je n’ai pas de nouvelles, j’appelle les keufs »
Puis elle arrive enfin-ouf !
Mais là, douche scottish, elle te taloche un regard noir et pif paf
Te crache : « Je te kiffe
De moins en moins, entre nous c’est devenu un peu bof
Je me casse, fuck off,
J’ai rencontré un beau mataf
Phallosophe
Friqué comme un calife
J’y peux rien, c’est le destin, ma bonne étoile de shérif
Adieu... » Paf
Donc, comme on disait, la méchante gifle
La grosse baffe
La sale pouf !
Tu restes là interdit, pensif,
Dubitatif,
Ça bout en toi, tu es saisi comme le homard qui fait le grand plouf
Et le temps de reprendre ton souffle,
De trouver la réplique qui ferait mouche, elle est déjà partie à la rosbif,
En abandonnant le double des clés. Mais putain elle est ouf
Ou quoi ? Elle doit être paf
Ou bien complètement siphonnée débulbée la meuf
La ouaf ouaf
A son naf naf
C’est pas possible elle bluffe
Quitter Malakov pour Elboeuf
Sur Yvette ! On rêve !... Mais non tu ne rêves pas elle n’est plus là et toi brusquement tu as froid, tu te retrouves en calcif

Te voilà tout seul flottant dans cet espace trop grand pour toi, avec cette assiette en trop sur la table, avec cette bouteille que tu vas laisser décanter jusqu’à la vinasse, avec ces fleurs qui déjà fanent dans leur vase de marée basse, elle est partie Il va falloir être philosophe.
Pour à la fin essayer d'en tirer un bénef
Mais ça, ça va pas être fastoche. Elle t’a amputée de sa présence et son absence est pour toi comme un membre fantôme...Tu vas mal, ça te brûle, t’as la carafe
En surchauffe
Zieute donc un peu le pertubographe
Tu souffres
Tu pleurniches, tu gueules, tu jures, tu supplies, tu te rebiffes
Eh bien c’est ça casse toi pauv’ pouf
Espèce de saute-au-paf
Mets donc les voiles ispice di counaffe
Va donc te faire gnougnougnafier la touffe
Dévergonder le jouissif
Gonfler le kougloff
Par ton pignouff
A celui-là tu lui foutrais bien un bon bourre pif
Tu lui dédicacerais bien sa gueule de gros beauf
Mais bon, pfff...

Elle ne t’aime plus...Elle ne t’aime plus... Les jours passent, et les semaines, tu ressasses l’histoire, tu rejoues la dernière scène, tu te fais du cinématographe
Trop émotif
Dépressif
Tu snif snif
Tu as le cœur en cendres et les boules de suif
Tu comprends pas tu comprends rien tu étouffes
Peut-être que c’est tout simplement la barque de l’amour qui s’est brisée contre les récifs
Du quotidien, comme disent les Ruskoffs
Peut-être, oui...peut-être que c’est ça...En attendant, à la dérive, tu te sens plus mort que vif
Tu rêves d’une greffe
Et excessif
Tu bois sans soif
Tu t’enfiles des flashs d’un cocktail Kalasnikov
1 dose de rhum, 1 de téquila, 2 de shampoing waterproof
Et pour faire passer le tout une bonne Leffe
Ou une La Chouffe
Explosif
Ça te décalque le rouf
Ça t’ébouriffe
Te fait prendre des astronefs
Qui t’emmènent vers des cieux improbables où là toi aussi tu deviens calife
Horny, excité comme sous l’effet d’un double-spliff
Mais d'une prison l'autre, tu restes captif
Et tout cela est improductif
Peu à peu tu perds ta trace, tu claques tes brouzoufes
Comme un con, tu vides les coffres
Tu n’en a plus rien à f-
Outre de rien, tu te goinfres,
T’affales dans la nostalgie , te répands dans ton pouf,
Tu gonfles,
Tu gros patapouffes,
Deviens amorphe,
Tu te perds de vue, tu y laisses quelques tifs,
Tu songes même un moment à ton épitaphe
-Je pouffe-
Que tu gribouilles en hiéroglyphes
Tu ne sais plus trop bien ce que tu dis, ce que tu penses, ce que tu veux, tu planes à dos d’éléphants cirrhoses...Et puis comme venant de nulle part, un beau jour, une petite voix off
T’apostrophe :

« Hey ! Oh ! C’est pas une catastrophe
Tout ça, c’est fini avec cette meuf?
Tant pis tant mieux youpi pouf pouf
Arrête d’être négatif
Sors du gouffre
Retrouve ton self
Contrôle, range tes griffes,
Passe donc un bon coup de cif
Et craque une alouf
Prends une taf
Et un nouveau départ, offre-toi un nouvel objectif »
Et c’est alors que peu à peu le barouf
Sous ton crâne s’estompe, que tu te rends compte que tu as bel et bien quitté le château d’If
Et qu'a tourné le zef
Ça cicatrice, c’est encore un peu lof pour lof,
Mais ça va mieux, ça va beaucoup mieux même, une à une tombent les agraphes,
Ne restera bientôt de cet amour qu’une balafre
Tu commences à reprendre vie, tu sors, tu vois tes potes, ton staff,
Pierre, Paul et Stéph
Vous faîtes la tournée des grands ducs, ils t’épaulent, tu reprends goût aux choses, tu n’es plus Sisyphe,
Tu en as plein le dos du passé, tu jartes cette fille-rocher de ta chaussure, tu t’allèges, te désemcombres, tu es sur la bonne pente et c’est comme si tu te réveillais et là tu dis merci : tu es sain et sauf !

Lorsque soudain paf !
Tu ne vois rien venir, ça arrive d’un coup, d’un coup de foudre : une teuf,
Musique pop, stroboscopes, tu aperçois une femme et tu te dis 'Wouaw ça c’est de la meuf'
Et elle aussi elle te remarque...Vos regards se croisent, effet bœuf
Vous échangez quelques mots... Puis, instant décisif,
Vous vous prenez par la main, tu l’embrasses, elle t’enlace, 69
5,4,3,2,1 lift off!
Total kiff

Et alors ? Et depuis, quoi de neuf ?

-Quoi de neuf ?
C’est étrange, magique, la vie surfe
Sur ce tsunamour, elle et moi on se verrait même bien pondre un œuf
Entre nous ce sera j’espère pourquoi pas mort ou veuf

Thèmes

Image de Poèmes
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Inventif !!! J'ai beaucoup aimé le style amusant, l'histoire et la fin heureuse. Bravo !!!
·