Chant ressuscité

il y a
1 min
5
lectures
1

Que la lune délivre le peuple africain du mal comme Moise délivrait les enfants d’Israël
Que la lune féconde l’Afrique de liberté comme Lumumba fécondait le mot paix
A l’orée de la marche, la nation africaine est sur les yeux incandescents des ténèbres
A l’orée de la marche, la nation africaine éclatée des squelettes d’aigles s’enracine dans la misère
Lumumba ! Voici que les rêves de mon peuple bouillonnent la laiterie des dieux fatigués d’être des dieux
Lumumba ! Voici que notre indépendance somnole comme somnolait pharaon
Au bout de nos matins égorgés, je revois sur les quatre coins d’Afrique l’ovation infortune des hommes-tigres, des hommes-tonnerres
Au bout de nos matins égorgés, ma foi tamise les brûlures létales de cette nation bitumée
Ô peuple! Je nommerai dans un chant inachevé la connivence des jours qui éteindront les étincelles des nuits cabalistiques
Ô peuple ! Je nommerai dans une prière le cri dépeuplé de ce peuple convoyé par une marche volcanique
Il m’arrive de labourer les traces de lumière qui feront germer des matins fleuves sur le continent
Il m’arrive de dialoguer avec les fleurs de l’âme pour compulser tous ceux que la nuit à enterrer le chemin
J'appartiens au dernier cri de la terre
J'appartiens ax aubes qui murissent le mot paix
Je suis debout accoudé pour la résurrection des jours égorgés
Je suis debout pour un chant fleuve
Pour un chant tellurique
J'irai
Et j'emprunterai un chemin plus semence que la nuit...

1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,