1
min

Chant de pomme

9 lectures

0

Se consume un tison scintillant
tout près d'une sèche brindille
Souffle, souffle ô vent vaillant
que la nuit se réchauffe et brille

Un frêle oisillon pèle de froid,
pelotonné dans un nid materné
avec sa seule plume pour l'orner,
il siffle timidement à sa proie:

L'exquise lueur d'une lune de miel
mire sur la prunelle de tes yeux
Je suis un paon teint arc-en-ciel
au chant de coq t'offrant les cieux

Siffle, siffle gauche poussin
Salve de papillons pour ses seins
À l'eau ton envolé de pingouin
Oublie le feu aux poudres enfin

Brûle, brûle si tu rêve d'une brise
tu t'éteindra sans voir naître le jour
La passion se trouve en zone grise
où l'incertitude plane toujours

Comment voler jusqu'au septième ciel
sans même savoir te servir d'elle
Les vraies étoiles ne sont pas filantes,
dans leurs cœur vit la fusion ardente
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,