C'est fini !

il y a
1 min
941
lectures
125
Qualifié
Image de Été 2018
La nuit vient sur Paris et s'étend sur mon cœur.
Le soleil de tes yeux a cessé de briller.
Les murs autour de moi sont gris de la douleur
Et le chant des oiseaux ne peut plus m'éveiller.

Te voilà donc parti vers d'autres horizons.
Ma vie ne sera pas une vallée de larmes.
J'ai seulement rêvé, sans rime ni raison
D'un avenir à deux dans l'ombre de ton charme.

Oui, c'était un amour irraisonné, stupide,
Un amour incongru et quasi hors-la-loi
Un amour de gamin qui effaçait mes rides.
Mais comment oublier ton sourire et ta voix ?

Il ne faut pas pleurer sur les amours posthumes.
Elles ont le parfum des cendres de sarment.
Délices de la vie tant qu'elles se consument,
Elles meurent un jour et s'enfuient dans le vent.

J'attendrai donc, serein, le souffle de l'histoire,
Zéphyr ou aquilon, sirocco ou mistral.
Il gommera ton nom du fond de ma mémoire
Et j'oublierai enfin que tu m'as fait si mal.

125

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !