Cellules grises

il y a
1 min
7
lectures
0

26 ans, lecteur assidu de littérature classique, de philosophie, de poésie, de fantastique, de thriller, de science-fiction... Amoureux volage de La Fontaine à Houellebeck, en passant par Proust  [+]

Deux gros œufs de gazon pourpre flottaient
En l'air à quelques
Gazes de moi
Je prends mon cerf
A deux
Bois et me lance au travers des plus nues
Le coussin dentelant de
Cirrus si hauts ralentit ma course à l'effroi en tonnant des poissons

A l'abri
Sous cette pluie diluvienne je tricote de nouveaux
Événements inconnus jusqu'alors
Le trouble fil qui
M’enchâsse d'aiguille en souris me révèle des dimensions insoupçonnés
Je retrouve tout de
Même le bitume des vassaux sous une chape
De couette gris clair
Le chemin s'ouvre devant
Moi comme un napalm vietnamien
L'hydrologie environnante gonfle mes branchies
C'est enroulé de salade et plongé au grand
Bain de carottes que le coiffeur reflète roux

Il n'est rien de
Plus inimaginable dans cette trompe d'Afrique centrale
Où la toundra a
Définitivement perdu ses droits
Seule la carlingue en acier d'un cargo zélé anime encore
Les villages enfumés par l'alcool
Au même instant la nuit
Tombe sur Hangzhou où les comorans jeunissent les roseaux
Contre empire privé de soleil, le lac s'évapore sous les regards insistants
De la tour chinoisée
Les branches soufflent un vent d'automne
Que les grenouilles accompagnent de leur
Vol planant

Seul un moncycle fend la nuit dans un
Bruit de claquettes, équilibrant tant bien que mal l'âne
Qui le soutient
Chargés d'huile et de foin ils s'en vont derrière la colline
Vendre leurs produits au marché de la semaine passée
Un gong retentit dans
Un clapotement, le couple
Passe la porte et le riz barbotte dans les bufflières

Environnantes
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,