Ce que le monde aime

il y a
1 min
1
lecture
0
J’ai dû passer ma vie
A savoir si mon stylo à bille écrit
J’ai confiance en lui
Cependant, j’ai peur de lui
Je lui ai donné mon âme
Il m’en a rendu une arme.
J’ai versé une larme
Lorsque j’ai tué cette dame
Je suis devenu un tontinard
Sans parti pris
Là où passent les sardinards
Sans prix
Comme monsieur n’importe qui
Sans cesse je prie
Et je prie
Mes pleurs percent leur ego
Seul l’espoir panse mes maux
Le coq en a marre de chanter
Donnez-lui à manger.
Demandez à la maternité
A ma naissance, je n’ai pas crié
Ma mère a crié toute la soirée
Moi, j’ai bien prié
Moi, j’ai bien parlé.
Internet détourne les regards
Vers ce théâtre de la peur
Et de la mort.
La mort sonne l’alarme
Et le peuple s’alarme
Quel vacarme !
J’écrase une larme
Juste derrière
Ces airs de grandeur
Ils prennent les grands airs
Et cachent tout de même
Ce que le monde aime.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,