1
min

CE QUE DIT MELINDA

Image de Alhama garcia

Alhama garcia

16 lectures

2

« Les morts, dit-elle :
ils ne savent pas où ils sont
ils vagabondent, ils traînent,
et perdus parmi les vivants
ils ne comprennent pas ce qui leur arrive ».
C’est vrai,

ils parlent et on ne les entend pas
ils passent devant nous sans ombre,
ils hantent les rues les maisons les jardins
les bois et la mer où leurs corps ont péri
ils sont ici et sans se déplacer subitement ailleurs
mais ils s’accrochent aux vivants et flottent avec eux,

lucioles éclairées par l’aura de nos vies
brillant de nos espoirs, éteints en nos faiblesses.
Vous devriez nous quitter, renoncer ,
vous dissoudre dans l’océan de l’air ―

nous pourrions alors jusqu’au bout pousser notre brouette,
les yeux fermés et sans arrière-pensée : une fois passés,
nous ne hanterions personne ; ni bruits ni voix ni cris ni rêves,
le silence du néant tiré comme un grand drap frais.

Les autres, les vivants, vous autres, confortables et tranquilles ;
et nous, les disparus, silencieux, mobiles au gré du vent.

2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,