Ce que cherchent les Hommes en Amérique

il y a
1 min
467
lectures
50
Finaliste
Public
Recommandé
Partie un jour sans rien savoir
De tout ce que je voulais voir
Mais de celui que je cherchais
Qu’en tes entrailles tu cachais

New York, New York ! Ville de rêve ?

J’en savais trop et le voulais
Je l’appelais mon aventure
J’aurais couru s’il le fallait
Sur le chaud métal des voitures

New York, ô ville aux minutes brèves...
Babel, je ne sais pas la langue
L’anglais, je crois, mots oubliés
D’autres babils au goût de mangue
La mienne soudain s’est liée

Qu’as-tu, Cité, de mieux au monde ?

Je le cherche et maudis la foule
Complets noirs, silhouettes creuses
Et modeus’ blogueus’ vaporeuses
Tous vifs, pressés, j’en suis saoule

Ô ville, ô vile vapeur d’alcool noire de monde

L’ombre des tours me paralyse
Je suis statue sans liberté
Clouée au sol par mes valises
Ombre de France sans fierté

New York, géante, puissante, es-tu belle ?

Et puis voilà qu’elle se coince,
La grosse Pomme dans leurs gorges
Déployées qui encore grincent
Dans la puissance qu’ils te forgent

Y a-t-il, cité, des trognons dans tes poubelles ?

Pas trouvé l’homme d’Amérique
Aux lettres d’amour numériques
Je me réveille à la campagne
Le goût des pommes m’accompagne

New York, New York, ville d’un rêve
Où l’aventure est toujours brève.

Recommandé
50

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
J'ai bien reconnu New-York dans ces mots. Je m'y suis perdue quelques jours et j'en suis revenue un peu grandie, apprenant alors que je n'adorais pas les grandes cités. New-York laisse un souvenir indicible néanmoins

Vous aimerez aussi !