196 lectures

6

Qualifié

Je marchais sous la nue, silencieux ermite,
Mon âme abandonnée à la mélancolie,
Tandis que, saintement, les voiles de la nuit
Révélaient peu à peu les rondeurs sélénites ;
Un champ piqueté d’or habillait l’horizon.

Mais dans l’espace obscur, un lugubre aquilon
Attisait les brandons de ma douleur pérenne
Et des cris déchirants épouvantaient la plaine.
Brusquement, effarés, surgis de nulle part,
Je vis des yeux ardents qui luisaient dans le noir ;
Des membres décharnés tentaient de me saisir
Et des voix assourdies, fantômes du Passé,
M’imploraient dolemment ; cherchant alors à fuir,
Je courus, insensé, vers un trouble Avenir
Où la Mort m’attendait.

PRIX

Image de Hiver 2015
6

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Un beau sombre! Bravo +1 vote
Image de L.
L. · il y a
J'aime... + 1 vote =)
Image de Jeffrey Lee Guwan
Jeffrey Lee Guwan · il y a
enfin du sombre dans ce temple du politiquement correct... publié
j'aime beaucoup pourquoi cauchemar ?
j'en ai profité pour relire nuages dont j'admire la maîtrise et la musicalité classique re-bravo:-))
JLG

Image de Christine S. Moiroux
Christine S. Moiroux · il y a
un peu lugubre mais la forme est admirable! +1

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème