1
min

Car je vis le vaisseau fantôme...

Image de Isabelle Dupré

Isabelle Dupré

246 lectures

120

Qualifié

C’était par une nuit sans brume et sans orage
Le ciel était immense et dense comme l’eau
Et l’étoile du nord en unique éclairage
Dessinait un diamant sur la mer sans émaux.

Que la plage était calme à ces heures sans lune,
Antique, épanouie de ses sables de pierre,
Soumettant au reflux les brocarts de sa dune,
Volupté ruisselante au gré des flots sévères !

J’étais donc assis là, entre l’astre et les eaux,
Goûtant l’heure au miroir de ces rumeurs salines
Exhalant de la rive, en semblables échos,
Les vagues se mourant en mousse d’opaline

Quand la corne de brume surgit du chaos
De l’horizon fondu avec l’océan sombre
Le cri rauque et gluant d’une âme sans repos
Se mouvant lentement du royaume des ombres.

C’est alors qu’il parut. C’était le Hollandais.
Illuminé soudain d’une larme lunaire,
En sa phosphorescence on eût dit qu’il volait
Auréolé d’embruns dans sa course légère.

Une infâme rumeur montait du bastingage
Un murmure glacé de haine et de tourment
Et ce râle odieux du sinistre équipage
Faisait naître du ciel la menace des vents.

Puis l’air se déchaîna. Et en quelques secondes
De tous les éléments la fureur éclata :
Je pouvais entrevoir, sur le navire immonde,
Les ombres décharnées célébrant le sabbat.

Leur vacarme était tel qu’il couvrait la tempête
La mer renchérissait en rouleaux effrayants
Le tonnerre rythmait de grondements de bête
Les hurlements sans nom des damnés se pâmant.

J’avais trouvé refuge en un creux de falaise
Mais tout était survenu si soudainement
Que je n’avais pu fuir à temps ces cieux de braise
Et avais dû subir le spectacle dément .

Je n’avais pas vingt ans. Aujourd’hui tout se mêle
Je me revois encore à genoux et priant
Mais l’horreur de la scène était devenue telle
Que j’avais dû perdre conscience en un instant.

Lorsque je m’éveillai, la plage était sonore
Du friselis des vagues, et de cris d’oiseaux blancs ;
Cœur et âme transis, et le corps pantelant,
J’avais les yeux hagards et je priais encore...

Je suis parti longtemps. J’ai vécu bien des choses.
J’ai fait le tour du monde et j’ai presque cent ans.
Mais si parfois le soir, quand le ciel devient rose,
Vous croisez sur le port le vieux fou marmonnant.

Arrêtez-vous, Monsieur, je vous dirai la prose
Qui hante nos veillées par les soirs de grand vent,
Quand la flamme vacille, que les portes sont closes,
L’incroyable épopée du Hollandais Volant.

PRIX

Image de Été 2019
120

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Malgré quelques vers "boiteux", c'est un fameux trois mats ... !
·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Une atmosphère maritime angoissant à souhait !!
·
Image de Isabelle Dupré
Isabelle Dupré · il y a
Merci beaucoup pour vos soutiens
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un histoire de vaisseau hollandais qui aurait pu être fantôme et qui surgit dans une mer déchaînée pour le plus grand malheur de ceux qui voguent dans les parages ! Bravo, Isabelle, pour cette poésie épique ! +5
·
Image de Gabriel Meunier
Gabriel Meunier · il y a
sur un thème classique une tres belle partition ! mes voix
·
Image de Vianney Roche-Bruyn
Vianney Roche-Bruyn · il y a
Ce texte est une belle tentative qui ne m'a pas tellement convaincu. Je trouve qu'il manque clairement de rythme, d'expressivité et de style. Je sais que cela va en surprendre certains, mais je trouve qu'il faut s'accrocher pour lire ce texte. C'est de la belle littérature, certes, ce qu'on pourrait appeler de la prose mise en vers, en tous cas, des alexandrins lisibles comme de la prose non poétique.

Le premier quatrain commence par un "C’était..." qui n'est absolument pas convainquant. Pourquoi pas exprimer la nuit en la complétant d'un adjectif : "Par la sinistre nuit sans brume et sans orage". Je ne vais pas réécrire tout votre texte ; votre œuvre vous appartient ; mais il y a nécessité d’un travail approfondi sur le style qui peut largement être renforcé.

Bonne chance !

·
Image de Marie France Gobé
Marie France Gobé · il y a
J'ai été transportée par ce récit - belle plume -vous avez mes voix - Au plaisir
·
Image de Vitch Perse Blanquito
Vitch Perse Blanquito · il y a
Nederlaaand ahaha
·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
La qualité de l'écriture supplante le côté tragique de l'histoire.
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Belle interprétation de cette légende qui donne froid dans le dos
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème