1
min

Cache-cache

Image de Magdalena

Magdalena

6 lectures

1

Ne rien voir au-delà de la vitre embuée
Ô ma Muse, tu danses, en plongeant aux nuées,
Et tu folâtres, nue, sur mon âme en partance
Et jettes les rayons d'un soleil de vacances.

Tu ris et tu t'amuses et caresses féline,
Le fond de mes regards, l'ourlet de mes narines,
Tu sèmes sur mes doigts des sensations magiques
Et mes lèvres tu couvres de goûts kabbalistiques.

Mais le vrai matin rose toque à la fenêtre,
Sa couleur m'interpelle et réveille mon être.
Où sont vos débandades et mes fous rendez-vous

Avec vous, fière Muse fuyant par-dessus
L'aurore pâle et rose vous cacher, déçue,
Car le vrai matin bleu me détourne de vous.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,