1
min

C’est dans le cœur, c’est dans les tripes

Image de Sam Ita

Sam Ita

7 lectures

0

Viens parce que j’ai de la tendresse, du sauvage à te donner.
Ma bouche et mes mains pour ton corps, mon corps pour ta bouche et tes mains.
Prends moi, fais-moi vibrer, fais-moi rêver, oublier que je ne suis pas ton unique.
Et mes larmes couleront quand tu t’en iras.
Colère, désespoir. Je t’en veux d’être parce que je t’aime seule.
La brèche est trop profonde pour que je puisse la combler,
Trop large pour que je puisse la sauter.
Je veux t’oublier, je veux aimer ailleurs, mais j’en suis incapable.
Un sentiment de peur me retient, peur de te perdre à jamais,
Perdre ce que tu pourrais me donner, ce que je pourrais t’offrir.
Est-ce que tout cela t’est égal ? Est-ce que tout cela t’est égal !
Je t’ai peut-être déjà perdu.
Je suis prise au piège, s’il te plait, libère moi !
J’aimerais te mépriser, être indifférente, me jouer de toi.
Te prendre, te jeter, te dire que je t’aime bien,
Et m’en excuser parce que ce n’est pas assez.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Grenelle
Grenelle · il y a
Un cri mêlé d'un râle d'un gémissement et d'une prière
·