2
min

Brute fatale

Image de Teddy Grizzli

Teddy Grizzli

2 lectures

0

Rappelle-toi de la première fois,
Ce jour ou t’as osé lui dire bonjour.
Dans la foule tu ne voyais qu’elle aux alentours.
Rappelle-toi de vos premiers pas,
L’époque où tout était caresse, tendresse.

Du mieux qu’elle le peut, elle maquille ses bleus.
Séchant ses larmes de sang,
Les doigts encore tout tremblant
Devant ce miroir bien trop grand.
Car devenant le pâle écran de ses déboires.

A chaque fois elle n’arrive pas à y croire,
Elle pense qu’il faut mettre un terme à cela
Surtout ce soir, car ce soir elle a honte
Les coups sur son corps, les coups au moral
Elle en a marre que ce soit elle qu’il affronte.

Honte car cette nuit elle hurla de douleur,
D’habitude, elle étouffe ses clameurs.
Demain, elle priera de faire illusion,
Afin que ses gamins ne remarquent rien,
Et elle baissera les yeux en croisant les voisins.

Rappelle-toi le premier rendez-vous
T’as sur joué glamour ton côté humour,
Pour l’attendrir t’as ramé comme un fou.
Rappelle-toi de vos longs discours,
L’époque ou vous rêviez joue contre joue.

Du mieux qu’elle peut, elle survie les enfers
Espère qu’il redevienne ce mari qu’elle a choisit.
Elle l’aime, pleure, elle a peur, elle crie
Pourquoi l’amour est devenu violence ?
Elle a peur, elle l’aime, puis pense « les blessures se pansent... »

Alors elle oublie en partie ces cruelles danses.
Elle joue son rôle, se fait son cinéma.
Rare sont ceux qui détectent sa détresse,
Elle cache sa tristesse derrière un fond de teint de liesse,
Mais parfois elle émet de furtif SOS.

Sa détresse, style de vie haut en stress.
La haine, la peine la sonne, victime de rapt
Chaque jour elle se sent de plus en plus seule.
Dans ce puzzle recouvert d’un linceul.
Tout l’monde en parle mais tout le monde s’en tape...

Rappelle-toi le pourquoi
Du choix de cette nana,
Que tu n’as pas toujours suivis cette voie.
Rappelle-toi que tu n’es plus l’même homme
Que tu t’es écarté de ce en quoi tu crois.

Regarde-toi...
Comment affrontes-tu le miroir ?
Ton cœur est si sombre et ton regard noir.
Chacune de vos disputes portent l’ombre de tes insultes.

Regarde-toi...
Tu n’admets pas tes tords,
Tu réfutes et la menaces de mort.
Tu veux qu’elle se taise car la vérité te pèse.

Regarde-toi...
Même vos amis te fuient ;
Tu la persécutes de colère et jalousie.
A chaque rechute tu la traites comme une pute.
Tu l’aimes à coups d’uppercut...

Regarde-toi...
Misérable, tu te persuades que tu n’es pas coupable.
Serait-ce elle le monstre qui te rend victime ?
Incroyable... tu ne la respectes pas, incapable.

Regarde-toi...
Elle t’aime quand même, voilà son crime.
Tes enfants s’éloignent de toi ?! Aveugle égoïste,
Elle ne leur monte pas la tête, ils te voient...

Regarde-toi, c’est triste...
Tu te détestes
Parce qu’ils te détestent
Car tu les détestes, Car tu les détestes...

Rappelle-toi de cela,
Quand tu voudras causer du mal,
Quand tu charges ton revolver de balles.
Rappelle-toi, papa, que tu as d’autre choix
Que celui que tu as pris...
Rien ne t’oblige à rester parmi les brutes fatales.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,