Brèves de comptoir

il y a
1 min
27
lectures
4
Dés l'aube en émoi, je fus transi de froid.
Aussi comme indécis à l'aurore revins vers toi ;
Tu m'ouvris ton espace ton cœur
Tu m'offris en désespoir quelques douceurs ;
J'étais las, belle âme statuette mystique,
Effigie d'un roi, lointain cousin d'une Rome Antique.

Nous échangeâmes de beaux sentiments,
Rêvions complices à nos amours insidieusement,
Partagions nos jeux nos espoirs nos vices,
Et nos histoires d'un soir assez brièvement.

De nos brèves de comptoirs ou même de quelques racontars
Nous rions de tout comme des enfants.
D'autres fois savamment, nous évoquions les Esthètes, les Rois
Et les leçons des Maitres, mêlant ici et là nos sentiments ;

En frères nous partagions le pain, nos doutes nos chagrins,
Et les soirs, de concert, répétions nos querelles et nos futiles histoires ;
Celles d'aujourd'hui et celles d'Antan...
Tout cela j'entends...subrepticement.
4

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Elena Moretto
Elena Moretto · il y a
et tous les amours du passé tout d'un coup reviennent à moi!
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
... Et j'ai levé mon verre ☺☺☺!

Vous aimerez aussi !