Bistro solo

il y a
1 min
48
lectures
11
Assis sur mon fauteuil de bar,
j’observe mes copains d’comptoir,
qui viennent noyer leur cafard
dans l’alcool, comme moi ce soir.

Il y en a qui font peine à voir :
visage bouffi, regard hagard,
comme hanté par le désespoir.
Certains muets, d’autres bavards.

Je commande un autre Ricard.
Je ne rentrerai pas ce soir.
Et à la fermeture du bar,
je m’en irai broyer du noir.

Ou, ivre-mort, je tomberai,
le corps trop lourd, du tabouret.
11

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,