Benja

il y a
1 min
9
lectures
0

Des lignes et des mots A découvrir : "Lise et sa part des Choses" https://www.amazon.fr/dp/2334066966?tag=sa-b2cfr-21&linkCode=osi&th=1&psc=1  [+]

Elle était ton amie. 
pas de celles que tu voyais souvent,
mais celle dont tu savais,
qu’elle serait toujours là.

Celle que tu négligeais aussi,
beaucoup, tant, trop parfois. 

Parce que par faiblesse, ou oisiveté,
tu savais, que ce serait elle qui appellerait en premier.
Quoi qu’il en soit, quoi que tu fasses, ou que tu partes.

Parce qu’ainsi allait la vie, amie de bruit de fond,
amie de trois fois rien ou bien de nulle part.

Celle qui t’appréciait, reconnaissante à vie,
De ce qu’au détour d’un jour, tu avais fait ou dit :
Un regard bienveillant, un clin d’œil, un sourire,
une écoute attentive, mots clés d’un petit bonheur.

Pour elle, pour ses enfants, quelques secondes à peine.
C’était simple pour toi, mais pour elle et pour eux,
c’était plus qu’un signe, c’était plus que tout.

Des larmes au fond des yeux, touchée que tu comprennes,
peu à peu, à son tour, tout en délicatesse,
elle fit ce qu’il faut faire, lorsque on aime d’amitié :
Rester en filigrane de tes multiples vies.
 
Celles où elle n’était plus, mais que tu appréciais.
Ne pas te déranger, mais être disponible,
penser à toi souvent, et te laisser tranquille.

Se réjouir aussi de te savoir en paix.
Rester prête au cas où, lorsqu'un soir, malmenée,
tu sonnerais à sa porte, ivre ou désemparée.

Surtout t’ouvrir les bras, te servir un café,
écouter à son tour, retrouver ton regard.

Fidèle infiniment, discrète à tout jamais,
Juste te faire savoir, que tu comptais pour elle.

Aujourd’hui, tout d’un coup, alors qu’elle n’est plus là,
tu ne peux pas te dire que tu ne le savais pas.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !