Bel-air

il y a
1 min
2
lectures
2

Iconoclaste, la fantaisie fait partie de mon sang, mon écriture est un automatisme cérébral que je contrôle plus ou moins bien. Mon talon de chine, syntaxe, et orthographe. Mon métier, peindre la  [+]

Bel-air la ma nommée, non. Une allée de chêne toit du monde ouvre sur un aber, le cœur d'une rivière va plonger une truite dans la mer, l'iode fleur le sel et la vase, je regarde les vaches. Quel âge ais-je douze, treize ans ?

Mes racines sont là, Ildut son nom un Saint puissant qui siège au côté des élus du ciel sauvage celte, sur l'autre rive, parle des vaches. J'observe les oiseaux, des goélands friand d'aventure.

Puis un être étrange et étranger dans la diagonale du mur aux canon d'une guerre de clocher, que fait-il là, mais il traverse. Trébuche et se blesse, alerte générale, l'homme se noie devant nos yeux...

Les sapeurs pompiers arrivent trop tard, les crabes ont eu ses pupilles comme repas, je rentre, et cette nuit je pense encore à cette blessure, ne pas pouvoir ôter la chaîne d'une barque, et sauver une vie.

Qu'ais dans la tête, rien. Et ce jeune homme mort devant nos regards, blessés, ne m'apporte aucune réponse sauf une certitude, humilité face à la Nature, un bras de mer chasse votre ego, et je chante parfois.

Je ne suis pas un héros.
2
2

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Comme une fulgurance ...