Beau de l'air

il y a
1 min
9
lectures
0
Poète, tu rêvais d'une vie antérieure,
Fixant l'infini avec le goût du néant,
Ivre d'une sainte alchimie de la douleur,
Voyage au cœur de l'Imaginaire Océan.

Epris d'une folle envie d'élévation,
L'Albatros narguait ta douce envie d'évasion,
Du ciel pleuraient les mouettes leurs lamentations,
Sans crever de la nue la fatale illusion.

Sous les brumes et les pluies, sous les vers et les rimes,
Chantait le sonnet du beau du laid le poète,
Sous les plumes et les nuits, sous l'air et sous l'abîme
Malade de cette assassine silhouette,

Tu délivrais avec force mélancolie,
Les affres maudits du Spleen et de l'idéal,
Tu scandais l'existence de ta poésie
Le divin parfum sublime des fleurs du mal.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,