Banqueroute

il y a
1 min
175
lectures
16
Qualifié
Image de Été 2021
Un vide vertical m'attire et me convoite,
Il promet du néant le calme et le repos.
Je franchirai sous peu cette corniche étroite,
Dès qu'une once de cran scellera mon propos.

J'ai longtemps surmonté chacune des épreuves
Qui jonchaient le parcours d'ambitieux desseins,
Face à l'adversité je dus faire mes preuves :
Perfide concurrence et conseillers malsains.

J'ai proscrit le larron bien avant la sentence
Ignoré l'indigent lorsqu'il tendait la main,
N'éprouvant que mépris pour la vaine existence
De tout écornifleur qui croisait mon chemin.

Je fis montre, il est vrai de grande intolérance
Pour tous les indolents, musards et paresseux.
Le succès ne provient, qu'il soit dit en substance,
De la bonne fortune ou d'augures chanceux.

Mais le sort s'évertue à punir le mérite
Et reprend sans raison ce qu'il a consenti,
Ainsi tous les vauriens, d'un tortueux sorite,
Décrètent mérité, le déclin d'un nanti.

Je me perds au milieu de cet obscur dédale
De dettes, de procès, comme un vulgaire escroc.
Le fait d'être failli provoque un tel scandale
Que l'on n'en peut sortir, indemne et sans accroc.

Je ne présenterai ni regret ni supplique,
Ne voulant réagir aux traits des persifleurs,
Mais je leur fais savoir de façon prosaïque
Combien j'en aurai vu de toutes les couleurs.
16

Un petit mot pour l'auteur ? 15 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Voici Narrées
, de manière poétique et donc distanciée, les affres de la faillite, de l'incompréhension et de la honte qui l'accompagnent, sans compter les risques suicidaires.

Image de Olivier Descamps
Olivier Descamps · il y a
Voir l'oeuvre de sa vie détruite au point d'en arriver à commettre l'irréparable. Une triste réalité décrite en des vers ciselés !
Image de Corry Willis
Corry Willis · il y a
Le mérite avec ce qu'il comporte d'efforts, de volonté, d'abnégation n'est plus considéré comme une valeur. Aujourd'hui on fait la part belle à la compassion. Les "profiteurs" d'un système au bord de l'implosion, soutenus par des groupements de faux humanistes se repaissent des avantages acquis après tant de combats auxquels ils n'ont pas participé.
Merci pour votre commentaire éclairé.

Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Bravo pour l'exercice ♫
Image de Corry Willis
Corry Willis · il y a
Merci pour votre appréciation.
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
J'ai Lu dans les commentaires que c'était un thème imposé (le début et la fin) et de ce bel exercice de style. C'est réussi. Jetez vous à coeur perdu dans les poèmes mais pas par dessus la balustrade hein!
Image de Corry Willis
Corry Willis · il y a
Merci pour ce gentil commentaire et je n'ai aucune envie de casser ma… plume !
Image de Corry Willis
Corry Willis · il y a
Il me faut préciser que ce texte avait l'obligation de commencer par -"Un vide vertical"- et de se terminer par -"De toutes les couleurs"-. Thème d'un concours auquel ce poème ne prit part, puisque je fus évincé du site avant sa publication. Les commentaires non élogieux étant interdits par certains modérateurs.
EXTRAITS d'un texte écrit sur ce sujet :
------Le critique aujourd'hui ne doit plus s'exprimer
------Qu'en fourbe laudateur, sous peine de censure.
------Se taire ou convenir qu'il lui faut acclamer
------D'insipides écrits, jusqu'à la démesure.
___________A SUIVRE…___________

Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Bonjour Corry Willis, ces quatre alexandrins sur l’interdiction de la critique même bienveillante, sont très intéressants car il semble que l’obligation d’encenser règne sur les concours et ailleurs.
Pourriez-vous nous gratifier ( en parution libre) de l’intégralité de votre texte sur la critique ?
Pour ma part j’ai « pondu » un commentaire que je veux objectif et bienveillant, bien que pas entièrement laudatif, sur votre présent poème.
Acceptez-vous la critique ?

Voici mon commentaire, assorti d’une voix bien sûr, pour un travail digne d’éloges.
« Un poème écrit d’une plume alerte, mais c’est un peu capillotracté, un raisonnement logique que je n’ai pas toujours pleinement saisi.
Ce sont les propos pas toujours sympathiques d’un narrateur égocentré ».

Image de Corry Willis
Corry Willis · il y a
Je vais proposer ce texte en "libre", mais la raison de ce pamphlet est une métaphore comique, faite par un auteur. D'où le titre : MétaphoLe.
Merci de lire mes textes. J'accepte vos critiques, pourtant le sens me paraît évident. Mais votre commentaire m'incite à me pencher sur le développement de cette histoire à peine romancée.

Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Merci pour votre « tolérance » à la critique.
Une remarque : pour l’auteur, le sens est toujours évident (et encore heureux qu’il le soit)
Mais parfois le lecteur n’est pas totalement à l’unisson, en phase ou sur la même longueur d’ondes, d’où certains blocages, ou refus de textes qui semblent clairs à certains, plus obscurs à d’autres.
J’ai hâte de découvrir votre pamphlet versifié sur le thème de la critique, je sens que ça va me parler.

Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Un sombre bilan, un gros coup de blues ?
Image de Corry Willis
Corry Willis · il y a
J'avais profité de ces carcans (imposés) pour exprimer les ressentiments d'un entrepreneur vertueux mais failli. Rassurez-vous ! Cette histoire est vraie mais inspirée par un fait divers.
Merci d'avoir lu et commenté ce texte.

Image de Leina Murcia
Leina Murcia · il y a
La preuve est faite que votre plume est bien faite,puisque à travers vos mots ont croirait vraiment que vous ressentez ce que vous écrivez...
On s'inquiète même pour vous!

Image de Corry Willis
Corry Willis · il y a
C'est une attention touchante, j'en suis flatté. Pourtant si vous m'identifiez à Cadet, à la Couguar, au Vieillard Désabusé, vous aurez bientôt une piètre appréciation de l'individu que vous assimilez aux narrateurs car ces textes n'ont rien d'autobiographique.

Vous aimerez aussi !