Ballade pour ceux dont la mer est prison

il y a
1 min
246
lectures
45
Qualifié

Je ne suis en compétition qu'avec moi même et sachez que si vous aimez ce que j'écris, vous me comblerez plus que mille trophées  [+]

Image de Hiver 2021
Le sable envahissant l’aurore
Peint des bardeaux d’arches sans âge
De cette blancheur nécrophore,
Rude complice de voyage.
La chair, pourrissant sur la plage,
Tente l’oiseau sur l’horizon ;
Son vol hantera l’amarrage
De ceux dont la mer est prison.

Gronde orage ! Gronde ! Et essore
L’arrogant navire, peu sage
Dont la coque frondeuse explore
De l’océan, le long sillage.
Tard, il verra le vrai visage.
De ce roi privé de raison ;
Lui seul, tisse le noir voilage
De ceux dont la mer est prison.

Neptune entend le madrépore !
Lui, né des forêts sans feuillage,
Veille ce corps mêlant l’aurore
Au pourpre d’un morne présage.
Tes filles font triste attelage
Telle une blême garnison
Qui gouvernerait le passage
De ceux dont la mer est prison.

Altesse au superbe mirage,
Sache enfin taire l’oraison
De beaux marins contant l’adage
De ceux dont la mer est prison.
45

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Poèmes

Crépuscule

Yannick Pagnoux

C'est au crépuscule quand le ciel s'habille du vêtement des vagues
Et l'astre du jour semble s'éteindre dans des reflets... [+]