Autant laisser aller les fleurs

il y a
1 min
395
lectures
73
Qualifié

"L’écrit ça arrive comme le vent, c’est nu, c’est de l’encre, c’est l’écrit et ça passe comme rien d’autre ne passe dans la vie, rien de plus, sauf elle, la vie." Marguerite Duras  [+]

Image de Eté 2016
Autant laisser aller les fleurs
Comme les corolles aux vents.
Sur la voie nichée en mon cœur
Je n’ai trouvé que tes accents.

Comme les corolles aux vents,
Tombe la pluie au pied du porche.
Je n’ai trouvé que tes accents
M’éclairant tout comme une torche.

Tombe la pluie au pied du porche
Sur les roses couvrant ma route.
M’éclairant tout comme une torche,
Mon âme en a perdu ses doutes.

Sur les roses couvrant ma route,
Le parfum se pose en pétales.
Mon âme en a perdu ses doutes
Au creux de ton sillage pâle.

Le parfum se pose en pétales
Sur chaque croissant de la lune.
Au creux de ton sillage pâle,
Les heures chutent une à une.

Sur chaque croissant de la lune,
Tout le silence se recueille.
Les heures chutent une à une
Quand l’amour coule de mon œil.

Tout le silence se recueille
Au fond des gouttes du ruisseau.
Quand l’amour coule de mon œil,
Mes bras se ferment en berceau.

Au fond des gouttes du ruisseau
Les soupirs tremblent dans la nuit.
Mes bras se ferment en berceau
Sur ton corps frêle, sans un bruit.

Les soupirs tremblent dans la nuit,
Sur la voie nichée en mon cœur.
Sur ton corps frêle, sans un bruit,
Autant laisser aller les fleurs.

73

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !