AUBE

il y a
1 min
20
lectures
3

Retraité et amateur d'art sous toutes ses formes: L'art rend palpable l'invisible Dans l'effort désintéressé Qui veut le rendre intelligible A l'homme aveugle et trop pressé: Le sourire de  [+]

L’aube pâle aux clartés qui révèlent la chambre,
S’est infiltrée par les fentes des ais véreux,
Sublimant des senteurs de chèvrefeuille et d’ambre
Où baigne ce décor lascif et langoureux.


Une rose se penche au bord du soliflore,
Symbole de la nuit, lassitude du jour,
Parfum léger, subtil, qui monte et s’évapore
Lentement, dans l’espace apaisé de l’amour.


Rien ici ne ressemble aux anciens lupanars,
Mais le sol est couvert de vêtements épars,
Qu’une contrainte qui se voulait délicate,


Avait, aveuglément, dispersés dans la hâte.
L’ennui du quotidien se laissant abolir,
Dans l’air flotte, alangui, l’effluve du plaisir.
3

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !