1
min

Au feu rouge de Montparnasse.

10 lectures

0

Au feu rouge de Montparnasse
Là ou ivres s’étendent les pigeons las,
J’entends le crissement des lampadaires
Epouser les amants furtifs en leur sanctuaire.

Au feu rouge de Montparnasse
Là ou ivres les ombres passent et trépassent,
J’entends le déguisement d’une nuit posée
Sur la cape d’une tour que l’on aimerait déposer.

Au feu rouge de Montparnasse
Là ou scintillent les jours disparus,
J’entends le murmure qui se prélasse
D’une Lune se donnant au premier venu.

Au feu rouge de Montparnasse
Là ou virevoltent les discrets SDF,
J’entends trébucher la caillasse
Et quelques regards poussés par le zef.

Au feu rouge de Montparnasse
Là ou vrombit mon cœur fatigué,
J’entends les rues me désirer,
Me dévorer telle une nocturne chasse.
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème