Au cul-de-basse-fosse

il y a
1 min
162
lectures
33

Enfin le temps d'écrire et le plaisir de partager ! Un peu de court pour se délasser du long cours  [+]

Dédié à qui de droit...

Un vieux crapaud vivait au cul-de-basse-fosse
Crachant, postillonnant, jetant bulles féroces,
Et même des excréments dans du papier d'argent,
Croyant peut-être ainsi paraître intelligent.

Certes il avait du verbe et de l'érudition
Dont il usait avec beaucoup d'affectation,
Voulant impressionner de jeunes créatures
Encore tout au plaisir des joies de l'écriture.

Il tricotait ses vers pour mieux asticoter,
Les brodait de motifs qui se voulaient savants
Juste pour le plaisir d'emberlificoter
Les amoureux naïfs et les petits enfants.

Un nouvel Alceste ? Mais notre Misanthrope
N'aurait jamais traîné dans les bois interlopes
Tout à la recherche de l'aventure salace
Dont comme l'escargot il baverait sa trace.

Pourquoi, me direz-vous, ce triste batracien
N'est-il devenu prince par l'effet magicien
Du baiser accordé par une demoiselle ?
Il confondait encor drag-queen et jouvencelle !

Comme en un ostensoir portant ses génitoires
Croyant qu'il y avait là un seul titre de gloire,
Il s'en prenait surtout au sexe féminin
Avec tout son mépris englué de venin.

Que l'on chante la vie avec de simples mots,
Que l'on s'émerveille jusque dans les hameaux,
Voilà qui défrisait l'animal sermonneur
Qui du fond de l'ombre distillait ses aigreurs.

Un jour qu'il coassait un curieux charabia
Teinté sans conteste de vraie paranoïa,
Se prit les pieds dans ses vers, et s'entortilla :
Dans son galimatias, le crapaud se noya.
33

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !