1
min

Arlecchino

39 lectures

6

Au début de ta vie, habillé tout de blanc,
masque noir recouvrant en partie ton visage,
je te trouvais un peu primaire dans ton accoutrement.
Quand je t'ai découvert, tu trônais, immobile, au-dessus du buffet.
Toi d'ordinaire réputé si agile, tu défiais les malices de celle qui t'avais vu naître : "La Commedia dell' arte".
Je ne savais pas que tu avais une histoire,
que tu symbolisais la fantaisie, le mouvement et la vie.
Je ne savais pas non plus, alors que je te dessinais,
que c'était difficile, les losanges, à refaire,
que c'était compliqué de les accoler, bout à bout,
bleu, jaune, rouge ou vert...
Arlequin, tête baissée, genou à terre
Je me souviens de ta pose si altière
pendant que nous chahutions si souvent, avec ma soeur, mes frères.
Souvenirs disparates, souvenirs éphémères...
Et quelquefois je te croyais vivant, gourmand,
prêt à jaillir de ta toile "d'emballage chocolat"
mais il semblait bien que ce soit impossible puisqu'on avait mangé toute la boîte : rochers, papillottes ou pralines, mendiants, truffes, orangettes ou griottes.
Une fois l'an, tu faisais la fête avec nous, sans bouger !
Et moi je grimpais sur la plus haute chaise, t'affublais de guirlandes multicolores, te jetais des paillettes en riant.
Je me régalais devant l'encadrement, pirouettes en arrière, gesticulant, pirouettes en avant ! Tu en voyais de toutes les couleurs.
C'était si drôle de faire le clown devant toi, pantomime inanimé.
En te parant de dorures, on avait transformé notre boîte à douceurs en tableau de musée.
Aujourd'hui, à l'heure d'internet et malgré tous les artifices, tu as conservé tes galons, ta superbe, beaucoup moins poussiéreux il est vrai, plus coquet que jamais...
De tes multiples facettes ont jailli marionnettes, cerfs-volants, jeux vidéos, tant d'idées folles, farfelues, et cette pièce où Scapin et toi êtes devenus médecins ! Sans rire ! J'ai même vu un éléphant très ressemblant et puis, bien sûr, tous ces bonbons déguisés qui portent encore ton nom.
Toi qui avais si bien inspiré Miro ou Picasso, tu as réussi ton effet : reproduire à l'unisson ces merveilleux éclats, et, d'un seul coup de crayon, embellir notre état... d'âme.
Ta silhouette nous a transportés à tout jamais dans le festival des lumières, monuments polychromes, mosaïques et autres cocktails féériques.
Que l'on te surnomme polichinelle, trublion ou farceur, fantoche, guignol ou pantin, ton personnage amusant enlumine chaque coin de ruelle et on t'imagine jouant la sérénade à Colombine que tu trouvais si belle !
Mon rêve d'enfant ne s'est jamais dissipé et je sais qu'après chaque orage se dessine toujours ton arc-en-ciel au firmament.
Je relève le défi, qu'un jour de Carnaval - à Dunkerque, Venise ou à Nice - j'ose enfin me glisser dans ton bel habit d'antan.
6

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Violette
Violette · il y a
beaux souvenirs d'enfance au pouvoir de me faire revivre les miens, merci.
·
Image de Frederique Patezour
Frederique Patezour · il y a
Merci Violette, on a besoin de couleurs vives et si l'enfance a été heureuse, il faut aller puiser dedans et la faire partager
·
Image de André Page
André Page · il y a
Un beau poème aux mille couleurs de l'enfance, merci Frédérique.
·
Image de Frederique Patezour
Frederique Patezour · il y a
pardon André pour les remerciements tardifs, j'avais mon regard posé sur l'arc en ciel !!! merci
·
Image de Francesca Fa
Francesca Fa · il y a
Quel bel hommage à l'Arlecchino, bravo Frédérique
·
Image de Frederique Patezour
Frederique Patezour · il y a
merci Francesca, je crois qu'il faut s'émerveiller de tout tant qu'on le peut et offrir notre émerveillement pour donner espoir aux enfants qui en ont tant beosin
·
Image de Frederique Patezour
Frederique Patezour · il y a
merci Francesca, il n'a pas fait l'unanimité mais il a marqué mon enfance; Merci encore
·
Image de Grenelle
Grenelle · il y a
Il a bien de la chance cet Arlequin là d'être si joliment et gentiment peint.
·