Après l'attaque (1916)

il y a
1 min
343
lectures
35
Qualifié

Bonjour à tous.Je me nomme daniel Rouvière.Je suis peintre,graveur ,sculpteur;j'aime la littérature,notamment les nouvelles et la poésie  [+]

Image de Automne 2016
Le bleu de l’horizon que voile encore la brume
Fait sortir de la terre un voile étrange et doux.
Un peuplier pointu, que surplombe la lune,
Pose sur le jardin son ombre aux reflets roux.
La neige a recouvert, ainsi qu’une dentelle,
Des corps éparpillés, commençant à pourrir,
De gros rats apeurés se terrent, pêle-mêle
Dans des casques troués, ne sachant pas où fuir.
Les arbres suppliciés, séparés de leurs membres
Découpent sur le ciel des silhouettes comiques ;
Çà et là, sur le sol, des taches couleur d’ambre
S’unissent, se séparent dans un ballet tragique
Le grand bois a cessé, soudain de respirer,
Les oiseaux se sont tus et tout n’est que silence ;
Le sifflement aigu d’un obus égaré
Emplit le vide blanc de son exubérance.
Le ruisseau s’est gonflé d’un flot de boue hideuse,
Débordant de son lit, s’infiltrant dans la terre,
Emportant avec lui des lambeaux de vareuses
Où la sueur et le sang se mêlent à l’éther.
Recourbé vers le sol, un soldat accroupi
Semble creuser un trou, pour cacher sa frayeur.
Les gros flocons d’argent qui descendent sur lui
S’y posent un instant, puis repartent ailleurs.
De nouveaux morts couchés sur des morts plus anciens,
Viennent abonder la terre d’un engrais inutile ;
Les précieux bidons d’eau ne servant plus à rien
S’enfoncent doucement, aspirés par l’argile.
L’incroyable labour des canons démoniaques,
A crevé le charnier qui bordait le chemin
Le bois jonché de feuilles mortes avant l’attaque,
Est, depuis recouvert d’affreux débris humains.
Tandis que dans le ciel, continue de tomber
La neige, indifférente et que rien ne dérange
Le grand vent s’engouffrant des les troncs éclatés
Fait entendre, en passant une musique étrange
Dans le soir qui descend, le mur de froid et d’ombre
Est soudain traversé d’un horrible hurlement
De douleur infinie, que pousse la voix sombre
D’un renard affolé, ou d’un soldat dément.

35

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !