Appli Story

il y a
2 min
30
lectures
2

A toi, cher lecteur, arrêté sur ma page Je souhaite la bienvenue Dans un univers pas si sage Etats de l'âme - de soi ou d'autres Découvertes, déconvenues Souvent s'y mêlent le vice et la  [+]

Acte I/ Frustration

Pour les chasseurs perpétuels
Les Sisyphes de l’amour
Et autres mercenaires des applications de rencontre
Le confinement a sonné un temps
Le glas d’un mode de vie prisé

Pis encore, sans délais de sevrage
Il a fallu soudain
Affronter sur les applis
L'ennui des discussions sans fin

Comment trouver la patience d’entretenir et préparer
Son vivier de proies potentielles
Et voir la date de libération plusieurs fois repoussée
Par un président bien incapable de se figurer les souffrances endurées

Envisager une idylle régulière dans ce cheptel
A même parfois caressé l’esprit des plus libres, des plus désespérés
Pour s’assurer de fuir, dans la perspective d’une seconde vague
La vie monacale, l’hermitage urbain

Tous ces doigts meurtris
Ces phalanges endolories
Et ces yeux rougis à veiller en vain
Dans la quête, faute de mieux, d’une morne extase cathodique



Acte II/ Jalousie

Il fallait bien y penser parfois
A ces époux, pantouflards volontaires
Ces rangés, ces vendus, si souvent moqués
Et désormais presque enviés

Face à la solitude des sempiternels séducteurs
Pour les vieux couples, chaque soir était un samedi
Les corps négligés ne rebutaient plus leurs moitiés
Elles-mêmes arrondies par le baby-sitting, le télétravail et les pâtisseries

On pouvait imaginer ces vieux routards du coït ménager
Émoustillés de découvrir leur intérieur
Traqués par des enfants assignés à domicile
Leurs relations soudainement s’épiçaient
Devenaient pour un temps clandestines

Explorer des recoins encore inexploités
Et autant de situations inhabituelles
Que le mélange des paramètres pouvait laisser augurer
A l’heure du café, sur la machine à laver pendant la sieste du petit dernier
En fin d’après-midi, sur le tapis du salon, les yeux rivés sur la porte d’entrée
Menaçant à chaque instant de laisser déferler l'ado à l'attestation périmée

Aux plus chanceux, la version bucolique
Ces citadins ayant fui à Varennes après la dernière sommation étatique
Les corps qui exultent discrètement dans les celliers, dans les remises, sous l’escalier
Guettant entre deux râles le retour de promenade des enfants et de leurs grands-parents



Acte III/ Rédemption

Enfin est venu le temps de la revanche
Plus belle et entière encore qu’escompté
Les premiers émois du mois de mai
Et cet été prolifique

Pour un temps se sentir tel un ours des montagnes
A l’aplomb du cours d’eau
Voir remonter ces saumons désorientés
Préparer sa griffe experte et l’abattre à point nommé
Mordre dans la chair pure, simultanément séparée et déconfinée

Sentir le long de ses bajoues, couler le petit drame conjugal
Apprécier la fraîcheur et l’innocence de ces proies nouvelles
Offertes sans condition après des années de fidélité et de sages privations
Savoir que l’on est dans le vrai
Que cette époque nous donne raison

Retrouver les vieux réflexes, les codes de la séduction
Faire grandir en swipant son troupeau qui matche
Et pour cet afflux de sang neuf
Bénir le confinement, auguste catalyseur des tensions maritales

Ne pas redouter la compétition
Des monogames récemment séparés
Si mal assurés dans les jeux de l’amour numérisé
Et enfin, exulter
2

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !