1
min

Apocalyse

1 lecture

0

Demain dès l'aube
À l'heure où peu d'hommes habitent la terre
Je partirai loin...vers l'inconnu... vers l'imprévu
J'ai horreur de ce monde d'hypocrisie et des tuéries
De ce monde de crimes... de sang...de ce monde trop violent

Demain dès l'aube
À l'heure où le jour commence à chasser l'obscurité
Je partirai en vous laissant ma plume et mes rimes
Je partirai sans amour sans mon âme
Que je vous donne...je n'en ai plus besoin
Prenez-les je vous les donne

Demain dès l'aube
À l'heure à l'heure où chantent les premiers coqs
Je partirai loin de monde à l'envers
Ce monde où le bonheur est éphémère

Ô mon-Dieu-mon-créateur fais en sorte que je m'en aille
De ce monde étrange sans étranger qui déraille
Seuls les cimetières semblent garder leurs formes
Une fois dans ma dernière demeure je saurai retrouvé la paix

Honte à ceux qui pour briller ont éteint les autres
Honte à ceux qui ont fait de leur pays émergents des pays enervants

L'humanité est la plus grande et la plus tendre relation à mûrir .
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,