Image de Anarore

Anarore

16 lectures

1

A
N L A
G
E

Les réverbères s’éteignent ce soir...en même temps que moi...
Les ailes s’en sont allées et les ombres les remplacent.
Tu le savais... toi là haut, ris tu bien de me voir là ?
Ce pont te semble-t-il le bon départ pour l’arrivée de mon destin ?
Mes errances ne m’ont conduit nulle part.
Et j’ouvre les bras pour m’envoler,
Libre,
Seul,
Homme,

P

Moi, moi et moi seul dans un cri que tu n’as jamais compris.
Et j’ouvre les bras pour entendre un vent qui n’a jamais soufflé
Les ailes d’Angel-A disparues,
La cathédrale sonne déjà le glas de l’eau,
Et le ciel s’obscurcit, et l’amour ressemble à du sang...
Déjà le mien se verse et les pavés blancs ne sont plus que chimère.
Ma vie s’étiole sur un bras bruissant qui rejoindra l’amont du fleuve.
Et je respire,
Et le vent s’engouffre...
Et je ris,
Je pleure !

O

Je hurle ton nom qui ne se comprend pas lui-même !
Eclat cynique d’une vie trop calme,
Angel-A eu ma vie
Angel-A été ma malédiction
Et le manteau qui couvre mes épaules n’est que lambeaux,
Cage du corps qui fond mes mouvements.
Ce soir le monde m’appartient en un ultime saut.
Cloche, sonne tandis que la mer savourera ma peau !
La vie, ce soir, ne vaut pas d’être vécu sans elle.
Œil remplace la rage si tu le peux et reprend ce que tu as crée !
Ce soir, je triomphe et mon cri de victoire sera son nom :
Angel-A qui cinq ans plus tôt s’est jetée du pont.

N

Les dés peuvent bien rouler,
Le temps tourner,
Ce soir, l’Aube naissante du ciel se lève et les chaînes tombent,
Ce soir tu es là et mes ailes reviennent,
Ce soir ma main a été souillée, et le sang qui t’a outragé se meurt,
Et je meurs libre de t’avoir vengé,
Ophélie,
Juliette,
Et toutes les autres,
Angel-A enfin qui m’ouvre les portes du Paradis,
Qui m’accorde une nouvelle vie.


T

Thèmes

Image de Poèmes
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,