1
min

A ma Louise

Image de Pozar

Pozar

8 lectures

0

Il regardait le ciel de ses yeux,
Égarait son être sur leurs miroirs bleus
Y cherchant la paix, la douceur
Pour assouplir ses fureurs.

Muet et immobile, il contemplait
La braise de ses beaux cheveux,
Qu’il parcourait parfois de ses doigts.
Alors le temps s’arrêtait sous un émoi.

Aurait-il osé seulement nommer Amour,
Cette si discrète, ténue et avare
Adoration silencieuse sans détour
Éprouvée des tréfonds de son cœur blafard ?

Ses mots touchaient son cœur frêle
Et il devenait bon ;
Quand sa douceur l’enveloppait à l’autel
De ses vieux démons.
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème