1
min

Amour d’Automne

Image de Jerome Guibert

Jerome Guibert

13 lectures

2

A peine debout sous mes draps froissés,
Je rêve alangui sous ton corps harassé ;
Alourdi par mon ombre portée,
J’ose encore et peine à choisir l’éphémère ;
Mettre un pied dehors, sortir et espère,

Pour toujours me lever,
Dans l’épaisseur d’un soleil à jamais couché,
Soustraire à la pesanteur,
La pâle ossature du printemps de ta chaire ;

Faire trembler encore les milles et une feuilles
Que marque l’espoir, à l’appel d’un hiver,
Où nul ne connaît ennemi intime,
Hors la peur pénombre ma torpeur illumine ;

Dans l’attente d’un lit ouvert,
J’offrirai à tes vœux mes désirs les plus inavoués,
J’abandonnerai à ton corps ainsi rassasié,
L’époux aimant de mon âme fière ;

Enfin lassé de mes sombres meurtrissures,
Dans l’été de mon intimité oubliée,
J’irai braver le feu, déposer à tes pieds,
Mes plus farouches et éternelles armures.
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Alors mine de rien cet amour va assez loin, cela commence par un rêve et se termine par un retrait d'armure. Et dieu sait ce qui pourrait encore se passer.
·