Âme brisée

il y a
1 min
1
lecture
0

Je suis juste le néant  [+]

Oui je vous aime et vous m’aidez, j’ai pas les mots pour remercier
J’suis qu’une tite boule, seule dans la foule, qui cherche encore où aller
Pis je roule, et puis je roule, sans connaître ma destinée
Qu’elle soit heureuse, qu’elle soit tragique, ma vie c’est pas un film disney
Et si dans une tite décennie bah j’suis toujours en vie
Je le crierais le poing levé “C’est grâce à eux qu’j’ai continué “
Pourtant il me faut bien décrire qu’il n’y a pas tout le temps les rires
Aussi douleur et désespoir, vous savez ? Mes démons du soir...

Une larme coule sur mon visage pour tomber dans l’Océan
Ce poison qui m’met en cage et enferme celle qu’j’étais avant
Celle que je suis n’est qu’un mirage, il n’y a plus de moi maintenant
Et puis y a toujours cette rage qui me dit qu’j’suis plus une enfant !

Le sang jaillit, le sang salit, alors qu’il croit briser la peur
Le sang ami, le sang ennemi, il n’est qu’un reflet de douleur
Reflet d’ces voix qui hurlent en moi.
Reflet de toi, j’suis même plus moi.

Alors au fond suis-je destinée à vivre à travers les autres, je suis fumée
Alors au fond suis je condamnée, à toujours me passer de mots, je suis brisée.
Ai je une chance de trouver ce corps parfait, j’en ai rêvé
Ai je une chance de laisser derrière moi ces putain de pensées !

Alors ptêt qu’il reste de l’espoir mais ça non je l’ai pas trouvé
Peut-être qu’après la couleur noire, il y aura celle des champs de blé.
Au fond qui sait...

Vais-je mourir sans laisser de traces ou vais je manquer, ils m’ont aimés
Vais je partir ou boire la tasse, en me regardant me noyer
Pourquoi ses pensées me terrassent alors que j’voudrais juste crever
Alors qu’j’suis lâche, alors qu’j’me cache, incapable d’assumer.
Suis-je vivante dans ce monde qui désire me tuer
Ou ne suis-je qu’une vagabonde qui veut voir le sang couler
Je veux enfin ouvrir mes veines et voir la vie s’en échapper
Ce liquide rouge tout comme ma peine, se déverser sur le plancher

On m’a dit qu’la mort c’est paisible, on m’a dit qu’la mort c’est douleur
On dit que partir c’est tranquille, tout c’que je sais c’est qu’ça me fait peur
Je suis la haine je suis violence alors pourquoi suis je encore là
Je suis le vide, je suis l’absence, regardez tout c’qu’il manque en moi !

Je ne veux plus faire d’efforts, ne ne me vois plus d’avenir
Si ce n’est du noir en décor et la douleur en attendant de partir...
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !